La notion de point

Signification

La comparaison entre deux pourcentages est souvent difficile à réaliser car la taille des échantillons est différente. Par exemple: sur une population A de 3000 élèves 2610 ont obtenu le bac, autrement dit 87%. Sur une autre population B de 8000 élèves 6800 ont obtenu le bac ce qui correspond à 85% . Peut-on comparer les 2 pourcentages*? En SES on s’autorise simplement à comparer les 2 pourcentages par une simple soustraction et on utilise alors la notion de point (sous-entendu point de pourcentage). On peut alors constater que la réussite au bac est supérieur de 2 points dans la population A par rapport à la population B

* Statistiquement, cela nécessiterait de considérer la variable succès/échec au bac avec une valeur de 0 ou 1, et de faire la moyenne pour les 2 populations de lycéens. Après il faudrait faire une comparaison des 2 moyennes avec un test de Student, ce qui n’est pas au programme des terminales ES

 

Exercices (corrigés à la fin)

1) Vous présenterez le document puis montrerez comment le document permet d’expliquer l’évolution du PIB en 2010. (sujet France métropolitaine 2012)

 

 

 

2) Questions adaptées du sujet Paris-Créteil-Versailles 2013

Quelle est la signification des nombres soulignés de la première colonne

Contribution à la croissance annuelle moyenne de la valeur ajoutée de l’économie marchande française

(en points de %)

 

1980-1990

1990-1995

1995-2000

Volume de la valeur ajoutée (1)

(croissance annuelle moyenne en %)

2,42

0,50

2,20

Capital

1,28

1,18

0,90

Travail

– 0,6

– 0,83

0,17

Productivité globale des facteurs (PGF)

1,74

0,15

1,13

(1) Correspond au PIB marchand.

Source : D’après G. Cette, J. Mairesse, Y. Kocoglu, « Croissance économique et diffusion des TIC : le cas de la France sur longue période (1980-2000) », Notes d’études et de recherche, Banque de France, 2001.

 

3) Faire une phrase exprimant la signification des données. (adaptée du sujet d’oral Paris-Créteil-Versailles 2015)

Taux de croissance annuel moyen du PIB (en %) et contribution des facteurs de production à la croissance (en points de %)

 

1966-1970

1971-1980

1981-1990

1991-1995

1996-2008

Travail

-0.7

-0.6

0.1

-0.7

0.9

Capital

1.8

1.4

0.7

1

0.5

PGF*

3.8

2.4

1.5

1.4

0.5

PIB

5

3.2

2.4

1.7

1.9

*PGF = Productivité globale des facteurs

Champ : Union européenne à 15 Source : Eurostat, 2010

 

Vous souhaitez approfondir et améliorer vos résultats ? Contactez-moi sur alloprofses

 

Le corrigé

1) Ce graphique de l’ INSEE nous présente la courbe de l’évolution du PIB en volume, c’est à dire sans l’inflation, entre 2006 et 2010, et sur le même graphique les diagrammes en bâton nous présente chaque année les contribution à l’évolution du PIB en point de pourcentage, à savoir la consommation, l’investissement, le solde du commerce extérieur et la variation des stocks. Cela correspond à la formule PIB = C + I + (X-M) + Δ des stocks .

Le PIB qui a augmenté en volume de 2,6% en 2006 et 2,3% en 2007, a connu après la crise de 2008, une chute brutale, pour revenir en 2010 à une croissance de 1,5%. Le PIB est égal à la somme de tous les emplois. On peut ainsi repérer pour chaque année le facteur le plus déterminant dans l’évolution du PIB.

Nous repérons tout d’abord que le poids de la consommation finale est déterminant. Par exemple il explique en 2010 plus de 1 points (de %) de croissance du PIB sur les 1,5% de croissance constatée. Nous voyons que la consommation des ménages joue un rôle prépondérant voire même de tampon, car chaque année son action contracyclique permet d’amortir la crise. A l’inverse, les entreprises sont d’autant plus inciter à investir que la croissance est bonne et par contre il y a désinvestissement en période de marasme économique. Ainsi en 2009 l’investissement en France est responsable de la perte de 2 points de PIB et en 2010 l’investissement continue à peser négativement avec environ -0,2 point de PIB. Nous avons été déficitaire vis-à-vis de l’extérieur entre 2006 et 2009 et ce n’est qu’en 2010 que les emplois liés au commerce extérieur viennent enrichir le PIB. Ainsi le solde du commerce extérieur explique en 2010 un timide 0,1 point de PIB. Concernant la variation des stocks, nous constatons que les entreprises ont déstocké en 2009, ce qui explique cette année plus de 1 point de perte de PIB, alors qu’en 2010 la variation des stocks explique environ 0,5 point (de %) du PIB.

Nous avons ainsi repéré qu’en 2010, la consommation joue comme les autres années un rôle central pour renforcer le PIB alors que les autres déterminants sont beaucoup plus variables. Ils recommencent à contribuer à l’évolution du PIB en 2010 après avoir accéléré la crise en 2009.

 

2) D’après les économistes G. Cette, J. Mairesse, Y. Kocoglu, en France chaque année en moyenne entre 1980 et 1990 le PIB marchand en volume c’est à dire sans l’inflation a augmenté de 2,42% .

Cette croissance du PIB est liée à trois facteurs; le facteur capital, le facteur travail et la productivité globale des facteurs (PGF). Ainsi on constate que le facteur capital explique 1,28 points (de pourcentage) de croissance du PIB marchand. Par contre le volume de travail diminue alors même que le PIB augmente. Le facteur travail réduit chaque année de 0,6 point (de pourcentage) la croissance du PIB marchand. Le facteur principal de la croissance est la productivité globale des facteurs qui permet d’expliquer 1,74 point (de pourcentage) de croissance du PIB marchand

Remarque: pour bien comprendre ce tableau il faut se rappeler que l’on peut concevoir que la croissance du PIB est liée à l’addition des 3 facteurs capital, travail et la productivité (PGF)

 

facteur capital + facteur travail + PGF = PIB marchand

Exemple entre 1980 et 1990 1,28% – 0,6% + 1,74% = 2,42% en moyenne chaque année

Dit autrement le facteur capital explique environ 53% de la croissance du PIB (1,28 / 2,42 ≈ 1,53), le facteur travail réduit le volume de valeur ajoutée créé chaque année de – 0,2%

(- 0,6 / 2,42 ≈ – 0,22 ) alors que la PGF est le facteur déterminant de la croissance puisqu’il explique 72% de la croissance du PIB marchand (1,74 / 2,42 ≈ 0,72)

 

3) D’après Eurostat, le PIB (de la France) a augmenté chaque année en moyenne de 1,9% entre 1996 et 2008. On retrouve les 3 facteurs explicatifs de la croissance. Le facteur travail explique 0,9 point de % de croissance du PIB, le facteur capital 0,5% et la porductivité gloable des facteurs explique 0,5%

On retrouve croissance du PIB = croissance (travail + capital + PGF)

1,9 = 0,9 + 0,5 + 0,5

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.