Les facteurs de la croissance. Des documents à connaître

 Étudie les documents ci-dessous, puis pour vérifier que tu as saisi le sens des documents, regarde les informations proposées au bas de l’article

 

1) Vous présenterez le document puis identifierez les sources de la croissance économique selon les pays sur la période 1985-2010.

Taux de croissance annuels moyen(1), 1985-2010 (en %)
  PIB Facteur capital Facteur travail PGF (2)
France 1,8  0,7 0,2 1,0
Irlande 4,4 0,9 0,9 2,7
États-Unis 2,6 0,9 0,7 1,1
Italie 1,4 0,8 0,2 0,4
Belgique 2,3 0,7 0,2 1,3
Corée du Sud 6,1 1,7 0,6 3,8
Source : OCDE, 2012.
(1)Certaines données ont été arrondies.
(2)PGF : productivité globale des facteurs.
 
 
 

2) Après avoir présenté le document, vous mettrez en évidence l’évolution des principales contributions à la croissance.

Contributions à la croissance du PIB en volume en France, de 1960 à 2011
(en points de PIB, aux prix de l’année précédente).

  1960 1970 1980 1990 2000 2010
dépense de consommation finale 3,4 3,5 1,4 2,1 2,3  1,3
Formation Brute de Capital Fixe(1) 1 1,3 0,7 0,8  1,2 0,2
Solde extérieur des biens et services 0,8 1,3 -0,5 -0,2  -0,3 0
Variation de stocks 2,5 0,1 0 0 0,5 0,1
PIB (2)   8,3 6,2 1,6 2,6  3,7 1,7
Source :INSEE, 2012.
1. FBCF (Formation Brute de Capital Fixe) est l’acquisition de capital fixe neuf par les agents économiques. Elle est assimilable à l’investissement.
2. Il s’agit du taux de croissance du PIB en volume en pourcentage.

 

3) Après avoir présenté le document, vous mettrez en évidence les principales contributions à la croissance depuis 2006.

 

Les informations

1) Ce type de document lié au thème 1 du programme de terminale nécessite de repérer le lien entre la croissance du PIB et les facteurs correspondants.
taux de croissance du PIB≈taux de croissance facteur travail + taux de croissance facteur capital + taux de croissance du PGF
exemple issu de la première ligne du tableau ci-dessus 1,8 % ≈ 0,7% + 0,2% + 1,0%
On pourra ainsi dire qu’en moyenne en France entre 1985 et 2010, la croissance économique est de 1,8%. Cette croissance est essentiellement alimentée par la Productivité Globale des Facteurs, autrement dit c’est une croissance portée par le progrès technique, une croissance principalement intensive. Le facteur capital contribue  pour moins de 40% (0,7/1,8) à la croissance économique et finalement la croissance économique n’est pas extensive, elle n’est pas liée à l’augmentation de la population active occupée.
Pour finir l’étude de document il faut alors étudier les facteurs de la croissance dans les différents pays entre 1985 et 2010. On repère alors que mis à part l’Italie, le progrès technique est l’élément important de la croissance.
 
2)

Ce type de document lié au thème 1 du programme de terminale (déjà vu en première) nécessite de repérer le lien

PIB ≈ dépenses de consommation finale + FBCF + Solde extérieur + Variation de stocks

exemple issu de la dernière colonne du tableau ci-dessus

1,7 % ≈ 1,3% + 0,2% + 0% + 0,1%
Cela signifie que la croissance du PIB a été de 1,7% en 2010 en France. Cette croissance est largement alimentée par les consommations des ménages, puisque avec une progression annuelle de 1,3%, les dépenses de consommation finale explique plus de 3/4 (1,3 /1,7) de la croissance du PIB.
Pour finir d’étudier le document il faut alors repérer au fil des années l’importance de cette consommation finale, puis reprendre certaines idées secondaires, par exemple le rôle important de la FBCF notamment en 1990  pour 31% environ (0,8 / 2,6  x 100) et en 2000 pour 32% (1,2/ 3,7  x 100).
3)

Ce graphique reprend comme le tableau précédent les différentes dépenses du PIB, ce qui permet de repérer les facteurs essentiels dans la croissance du PIB.

On peut ainsi repérer qu’en 2010, la croissance du PIB a été de 1,5%. Cela s’explique en partie par la croissance de la consommation des ménages qui est supérieure cette année là à 1%.

Bien sûr, l’étude de ce document nécessite de repérer la crise de 2008 avec la dépression de 2009 et le rôle contracyclique de la dépense de consommation des ménages. L’investissement est très fortement lié aux perspectives économiques. Ainsi  en 2007 l’investissement avoisinait 1,3% de croissance et en 2009 les perspectives moroses, n’incitent plus les entreprises à investir, ce qui explique l’investissement qui se réduit de 2% environ cette année là.

MAJ 10/2017

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *