Réaliser une enquête sur l’argent de poche

 
 
Tu es un adolescent et si tu n’es pas encore un travailleur, ce qui est normal puisque tu as la chance de pouvoir étudier, tu es cependant un consommateur régulier et tu as souvent pour cela de l’argent de poche. De combien disposent en moyenne les jeunes? Que doit-on prendre en compte? D’où provient cet argent? Quels sont les services proposés en retour?A quoi sert cet argent?
Mais il y a des questions sous-jacentes qui ne pourront avoir  de réponse qu’après un réel travail de terrain. Par exemple, on peut se demander si les inégalités sociales dans la société se retrouve à travers l’argent de poche donné aux adolescents. On peut aussi se demander si donner de l’argent de poche est une pratique sociale qui se retrouve dans tous les milieux sociaux ou bien si c’est une pratique considérée comme ‘dépassée’. Voici quelques questions parmi d’autres que je te laisse le soin d’élucider grâce à une enquête par sondage.
 
 
 

 L’élaboration du questionnaire

Pour élaborer un questionnaire utile, qui permettra de collecter le maximum d’informations, il est nécessaire de suive des règles essentielles.
. cerner avec précision l’échantillon de l’enquête. Quelles sont les personnes à sonder?
. l’enquêteur ne doit pas influencer le sondé
. la question doit être neutre et formulée sans ambiguïté. Elle doit être comprise par tous.

 

Les résultats de l’enquête

A l’aide d’une fiche synthèse il faut alors repérer les principaux résultats de l’enquête: la provenance de l’argent de poche? le montant? la consommation effectuée? le montant de l’épargne?
 
Cette enquête sociologique réalisée grâce à un sondage permet d’illustrer une méthode sociologique dont le but est de répondre à une question clairement posée. On appelle cela une méthode quantitative. On la complète de plus en plus avec une méthode qualitative pour mieux cerner les comportements notamment. On fait alors des interviews ou bien des observations.
 
Grâce à l’étude des statistiques, nous savons maintenant quel est le pourcentage d’erreurs lorsque nous voulons analyser une pratique culturelle, une opinion, un comportement. Il faut savoir tout d’abord qu’il existe deux méthodes de sondage; la méthode aléatoire, où la personne est interrogée par hasard et la méthode par quotas où on
interroge un échantillon de personnes qui ont les mêmes caractéristiques que l’ensemble de la population. Les critères utilisés pour ce faire sont généralement le sexe, l’âge, la catégorie socio-professionnelle, le type de commune, la région. Comme cette méthode coûte moins chère car on peut alors sonder moins de personnes, elle est souvent utilisée. Théoriquement avec cette méthode on ne peut pas connaître la part d’erreur, mais on considère qu’elle est à peut près la même que pour la méthode aléatoire. Si on interroge 1000 personnes dont 50% ont la même réponse à une question alors on estime qu’il y a une marge d’erreur de 3,2%.
Pour obtenir des informations intéressantes lors d’un sondage, il est nécessaire de croiser les informations en fonction de différents critères comme le sexe, l’âge, le milieu d’origine. C’est pour cela qu’il faut poser des questions discriminantes qui permettent de relier deux informations.
Par exemple, l’argent de poche reçue varie-t-il en fonction du sexe? On pourra alors commencer à
comprendre certaines réalités sociales.
 
Mise à jour 24 septembre 2018      @ philippe herry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *