L’Indice Herfindahl-Hirschmann

    La concurrence incite à la baisse des prix, ce qui profite au consommateurs qui peuvent libérer ainsi du pouvoir d’achat qu’ils iront consommer ou investir dans d’autres secteurs. C’est le cercle vertueux de la concurrence tel que le présentent les politiques libérales.

    Pour éviter des marchés trop concentrés et des entreprises qui détiennent des pouvoirs de marché, l’autorité de la concurrence européenne ou les lois anti-trust aux États-Unis, interdisent certaines fusions d’entreprises. Le niveau de concentration du marché est établi à partir de l’Indice Herfindahl-Hirschmann (IHH). C’est un indice qui permet de mesurer la concentration du marché en calculant la somme du carré de la part de marché de toutes les entreprises présentes sur le secteur. La part de marché d’une entreprise d’un secteur représente tout simplement le chiffre d’affaire total de cette entreprise dans ce secteur divisé par le chiffre d’affaire du secteur (multiplié par 100 pour obtenir un chiffre en %)

Par exemple, sur un marché qui regroupe quatre entreprises avec une part de marché respective de 40%, 30%, 20% et 10% alors l’IHH est :

402 + 302 + 202 + 102 = 3000   facile, non? Mais qu’est-ce que cela signifie?

Si IHH < 1000 l’autorité de la concurrence européenne considère que le secteur est peu concentré et la fusion éventuelle d’entreprise sera autorisée puisqu’elle ne présente pas de risque lié à un éventuel abus de pouvoir de marché

Si 1000 < IHH < 2000 alors le secteur présente un risque de pouvoir de marché et les autorités de la concurrence vont vérifier que l’IHH après concentration n’augmente pas de plus de 250 (plus ou moins équivalent à 16% de part de marché), auquel cas la fusion d’entreprises ne sera pas admise.

Si IHH > 2000 alors le secteur est concentré et les autorités de la concurrence vont vérifier que l’IHH après concentration n’augmente pas de plus de 150 (environ 12,2 % de part de marché), auquel cas la fusion d’entreprises ne sera pas admise.

Quelques exemples français à la fin de l’article

Aux Etats-Unis, les lois anti-trust sont plus drastiques puisque toute concentration qui augmente l’IHH de plus de 100 est systématiquement vérifiée.

                                       Le saviez-vous?

John D. Rockfeller, l’homme considéré comme le plus riche de tous les temps, était parvenu en quelques décennies à la tête d’un monopole, la Standard Oil. Ce trust menaçait de contrôler toutes les entreprises de raffinage de pétrole des États-Unis.  C’est notamment pour pallier à cet abus de position dominante, que les premières lois anti-trust sont apparues. Ainsi, le sénateur Sherman donna son nom à la première loi, datant de 1890, la Sherman Antitrust Act. Cette loi qui sera complétée en 1914 par la Clayton Antitrust Act, sera à l’origine du droit à la concurrence, autrement dit tout l’armement légal permettant de lutter contre les pratiques anticoncurrentielles.

 

Quelques exemples d’IHH:

Le secteur bancaire en France (chiffre 2011)

CA + BPCE + CM + SG + BNPP + Banque Postale + HSBC + Autres

292 + 212 + 132 + 132  +  10   +      82                   +   22      + 42      = 1804

CA Crédit Agricole/ BPCE Banque Populaire Caisse d’épargne/ CM Crédit Mutuel/ SG Société Générale/ BNPP BNP Paribas

L’ IHH dans le secteur bancaire est 1000 < 1804 < 2000 . Il y a un risque de pouvoir de marché et de stratégies anticoncurrentielles. C’est un secteur à surveiller

 

Le marché mondial de l’équipement sportif (chiffre 2015)

Nike+  Adidas + Puma + New Balance + Under Armour

33.52  + 27.32  +  18.9 +     13.32        +     7        = 2451

L’ IHH sur le marché mondial de l’équipement sportif est 2451> 2000 . C’est un secteur concentré avec des entreprises qui peuvent avoir des stratégies anticoncurrentielles au détriment à terme des consommateurs qui vont payer plus chers leurs équipements sportifs!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *