L’Etat et la nation.

    Le référendum d’indépendance de la Catalogne organisé le 1 octobre 2017 et rejeté quasi immédiatement par le gouvernement espagnol, qui prend le contrôle d’une partie des prérogatives de l’autonomie catalane, nous plonge dans le débat entre Etat et Nation. Qu’est-ce qu’un Etat? Toute nation peut-elle prétendre à une légitimité institutionnelle? Comment s’est construit l’Etat-nation?

    Les travaux du sociologue Norbert Elias , La dynamique de l’occident, 1939, permettent d’analyser la genèse de l’Etat. C’est un long parcours historique et progressif qui a engendré la notion moderne d’Etat. Historiquement, dans le monde occidental, il y avait les chefferies, les seigneuries, et c’est un long processus souvent violent qui a permis l’émergence d’un pouvoir régalien autour du roi, détenteur abusif d’un pouvoir absolu. L’Etat est ainsi détenteur du monopole de la violence légitime comme le montre le sociologue allemand M. Weber. La légitimité des force armées qui protègent d’un ennemi extérieur et d’une police nationale qui assure la sécurité à l’intérieur du territoire, est une caractéristique essentielle de l’Etat. Pour assurer ce monopole de la violence, l’Etat réaglien s’abroge le droit de prélever des taxes et impôts. L’Etat désigne ainsi une forme politique qui détient le monopole du pouvoir de contrainte sur un territoire et une population. Encore faut-il que cette contrainte soit reconnue par les citoyens. Or justement lorsque les citoyens ont le sentiment d’appartenir à un même peuple parce qu’il partage une même langue, une même histoire, culture alors la contrainte est plus acceptée. Cette notion de nation correspond ici à une vision ethnoculturelle . On peut aussi considérer que la nation est une communauté politique réunissant des citoyens qui ont choisi par leurs participations politiques de vivre ensemble. Ce choix électif n’est jamais naturel car il est guidé par l’action de l’Etat qui transmet par le biais de l’éducation, d’une histoire commune, de symboles comme le coq gaulois ou la Marseillaise, une identité commune.

Dans le cas de la Catalogne espagnole, on peut ainsi repérer que certains citoyens de cette région, ont le sentiment que leur identité se réfère avant tout à la culture catalane, ce qui les amène à remettre en cause la contrainte de l’Etat espagnol.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *