Groupes sociaux et réseaux sociaux. Groupe d’appartenance et groupe de référence. Sociabilité et capital social

Comment forme-t-on un groupe social ? Comment le groupe nous influence ?

Les réseaux sociaux est-ce un phénomène nouveau? 

Voila quelques questions auxquelles nous allons répondre ci-dessous

Les notions du programme à connaître: groupe primaire et secondaire, groupe d’appartenance et de référence, capital social, sociabilité

 

I. Comment les individus s’associent-ils pour constituer des groupes sociaux?

A Qu’est-ce qu’un groupe social?

Des personnes à un arrêt de bus, rassemblées dans un même lieu pour attendre un bus. Cela correspond à une catégorie statistique, mais ce n’est pas un groupe. Pour former un groupe social il faut que les membres aient conscience d’appartenir à ce groupe et que ceux de l’extérieur les perçoivent également comme membre de ce groupe

Donc un groupe social c’est un ensemble d’individus qui ont des rapports sociaux

Exemples:

  • des groupes d’élèves 

  • des membres du groupe familial

  • des membre d’un club de sport, d’une association, d’un syndicat

  • des collègues de travail

 

On peut distinguer les groupe primaire et les groupes secondaire,  selon la taille et le degré d’intimité des relations

Le groupe primaire est de petite taille et regroupe des membres proches qui ont souvent des relations directes de face à face. C’est le groupe par excellence des lycéens, des adolescents, qui cherchent à partager des envies, des aspirations, des sentiments, … Souvent ce sont des groupes plus fusionnels où se partagent des moments intenses mais qui parfois amènent des conflits très mal vécus lorsque l’unité du groupe est remis en cause.

Le groupe secondaire est de grande taille et les relations sont plus  impersonnelles. Le groupe secondaire est plus formel et nécessite donc des règles, des codes pour fonctionner. C’est le groupe par excellence des salariés d’une entreprise, d’une administration, qui travaillent ensemble pour répondre à un objectif commun en respectant des règles communes.

 

B. Groupe d’appartenance et groupe de référence

Le sociologue américain Merton a distingué dans les années cinquante, le groupe d’appartenance et le groupe de référence.

Le groupe d’appartenance est le groupe auquel nous nous référons. Par exemple lorsqu’on demande à un salarié de se classer, il peut dire si il appartient au groupe des employés, des ouvriers ou des cadres. Ceci dit face à la qualification exigée pour un emploi, les frontières paraissent pour certains de plus en plus flou. Un individu peut alors se référer à un autre groupe.

Le groupe de référence c’est le groupe auquel un individu souhaite appartenir. L’individu qui s’y réfère peut alors imiter le mode de vie des individus de ce groupe pour avoir l’impression d’y être associé. Tu as peut-être vu en seconde que cette idée permet de comprendre les mécanismes sous-jacent à la société de consommation marquée par des effets d’imitation et des effets de distinction.

C. Les Professions et Catégories Socioprofessionnelles : un ensemble de groupes sociaux?

Qu’est-ce que les Professions et Catégories Socioprofessionnelles  (PCS)? C’est une nomenclature, dit autrement un classement des résidents français. On retrouve ainsi 6 groupes socioprofessionnelles sous-divisés en 31 catégories socioprofessionnelles et in fine 486 professions. Chaque profession définie, est ainsi liée à un groupe selon trois grandes caractéristiques. On regroupe en fonction du statut de l’emploi (par exemple travailleur salarié ou indépendant). On distingue également selon la position hiérarchique (par exemple au sein du groupe des ouvriers, les Ouvriers Spécialisés sont des ouvriers non qualifiés qui se distinguent des Ouvriers qualifiés.Ils se distinguent également des contremaîtres qui vont ‘manager’ une équipe d’ouvriers et qui sont donc classés dans les Professions intermédiaires). Enfin le classement se fait en fonction de la nature de l’employeur (on distingue ainsi tout ceux qui travaillent dans le public pour un organisme d’Etat et ceux qui sont dans le privé)

Voici ci-dessous le classement des Groupes Socioprofessionnels

PCS 2003 Niveau 1 – Liste des catégories socioprofessionnelles
Code Libellé
1 Agriculteurs exploitants
2 Artisans, commerçants et chefs d’entreprise
3 Cadres et professions intellectuelles supérieures
4 Professions Intermédiaires
5 Employés
6 Ouvriers
7 Retraités
8 Autres personnes sans activité professionnelle

L’INSEE  regroupe les résidents en France en  6 groupes d’actifs : agriculteurs/ artisans, commerçants et chefs d’entreprise, cadre et professions intellectuelles supérieures, professions intermédiaires, employés et ouvriers. Les 2 groupes d’inactifs; les retraités et les autres personnes sans activité professionnelle

Doit-on alors considérer les PCS comme de simples catégories statistiques ? Les PCS ne seraient alors qu’un simple regroupement statistique, qui permet de faire des études sociologiques notamment. C’est une approche nominale dans le sens où on nomme la catégorie sociale à laquelle appartient l’individu sans que celui-ci ait le sentiment d’y être rattaché. Mais on peut considérer aussi que les individus se réfèrent au groupe social auquel ils appartiennent et qu’ils ont pleinement conscience de partager avec les autres membres de la PCS. Nous avons ici une approche réaliste des PCS. C’est la vision mis en avant notamment par Desrosières et Thévenot, les deux administrateurs de l’INSEE qui sont à l’origine de ce classement. Ils espéraient ainsi réaliser un classement homogène regroupant des individus qui partagent un même niveau de vie et ont un mode de vie qui peut semble homogène.

 

Au delà de cette distinction selon les groupes sociaux, que tu reprendras en Terminale dans le chapitre consacré aux classes sociales, il est intéressant en sociologie de s’arrêter sur un concept important pour qualifier le système de relations entre les individus: le réseau social

II. Comment les réseaux sociaux fonctionnent-ils?

Facebook, Twitter, Linkedlin, … autant de réseaux sociaux numériques qui ont fait leurs apparitions depuis moins de vingt ans. Les réseaux sociaux: un phénomène récents?

Le réseau social c’est l’ ensemble des relations directs et indirects. Ainsi, il faut prendre en considération les contacts directs mais aussi les contacts de ces contacts, les contacts des contacs des contacts, etc… ce qui forme un réseau. 

On distingue les réseaux sociaux fermés (membre d’un club, …) ou ouverts (facebook)

A. Les individus sont encastrés dans des réseaux sociaux

 A finir

B. Les réseaux sociaux influencent les pratiques et les représentations des individus

A finir

C. Les réseaux sociaux et le capital social (étude de cas: la recherche d’un emploi)

Nous avons repéré l’importance des réseaux sociaux lorsqu’on recherche un emploi. Cela est particulièrement vrai pour les métiers qualifiés et donc pour les cadres. Contrairement au sens commun, on a compris que les liens faibles, les personnes éloignées, jouent un rôle clé, dans cette recherche. C’est ce qu’à montrer l’étude du sociologue américain Granovetter sur la population américaine. Pour autant, les études réalisées en France sans infirmer l’étude, montre que les liens forts, les proches, la famille, constituent une ressource importante dans la recherche d’un emploi. Le capital social regroupe toutes les relations directes ou indirectes que l’ont peut mobiliser et qui constitue ainsi une ressource.

D’autre part,aujourd’hui, les réseaux sociaux numériques jouent un rôle fondamental, car ils permettent l’entretien de ces relations et aussi la reconnection.

Certaines personnes apprennent à gérer les réseaux sociaux alors que d’autres le font en tâtonnant. Il est souhaitable que la formation initiale ou continue permette d’éviter des inégalités dans ce domaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *