le processus de socialisation et la construction de l’identité sociale

 

Foot pour les garçons et gymnastique pour les filles! Pourquoi des pratiques sportives différentes pour les garçons et les filles?  Quel processus de socialisation permet d’expliquer ces différences? Qu’est-ce que l’identité sociale?

Les notions du programme à maîtriser: normes, valeurs, rôles, socialisation différentielle

 

I. Comment la socialisation de l’enfance s’effectue-t-elle?

  A. La socialisation, les valeurs et les normes

  Intéressons nous au processus de socialisation à travers un exemple. Le père souhaite que son enfant finisse toute son assiette. Il peut utiliser alors 3 registres:

. imitation                              le père va finir son assiette pour que son enfant l’imite

. injonction (des règles)      le père peut, plus ou moins subtilement, contraindre le fils à finir son assiette

. interaction                          par le dialogue, l’écoute, …le fils va comprendre qu’il faut finir son assiette

A travers 3 registres différents, le fils va alors saisir l’importance de la norme: ‘finir sa soupe’ qui correspond à une valeur ‘ne pas gaspiller de la nourriture’.

 

Quelles sont les différentes étapes du processus de socialisation ?

On peut retenir 3 étapes dans la construction sociale de l’individu;

Les 2 premières étapes ont été étudiées par le psychosociologue J. Piaget

→ l’apprentissage ou l’acquisition des connaissances, des modèles, des valeurs de son entourage. L’enfant va ainsi imiter son entourage ou apprendre par injonction des adultes ou encore par interaction.

→ l’intériorisation des éléments culturels ou l’incorporation

Autrement dit, l’individu va s’approprier les attitudes propres au groupe dans lequel il évolue. Les façon de parler, de manger, de se comporter … l’être va se « fabriquer » socialement.

→ l’adaptation de la personne à son environnement social

Grâce aux éléments culturels intériorisé l’individu va pouvoir communiquer, échanger, juger. Il va pouvoir partager ou rejeter des idées, des sentiments, des goûts, des aspirations… des valeurs et des normes

On peut donc retenir la définition du sociologue québécois, G. Rocher, né en 1924. La socialisation c’est le « processus par lequel la personne humaine apprend et intériorise tout au cours de sa vie les éléments socioculturels de son milieu et les intègrent à la structure de qa personnalité ».

La notion de socialisation nécessite de bien comprendre les 2 concepts de valeurs et normes

Les valeurs  correspondent  aux idéaux auxquels adhèrent les membres d’une communauté.

La norme c’est une règle de conduite en société

 

Exercice

des valeurs

des normes

le respect d’autrui

la liberté

l’égalité

la solidarité

la charité

l’honnêteté

l’austérité

le respect de la nature

l’humilité

la sagesse

le travail

le courage

la fidélité

la loyauté

le dévouement

la discipline

la générosité

le civisme

le patriotisme

la piété

l’oisiveté

la compétition

l’hospitalité

la tolérance

la curiosité, la culture, le savoir

la séniorité

la hiérarchie

le progrès

ne pas voler

ne pas mentir

payer ses impôts

exercer son droit de vote

obéir à ses supérieurs hiérarchiques

savoir recevoir l’étranger

aider son prochain en difficulté

ne pas tuer

reconnaître ses erreurs

s’engager en cas de guerre

savoir recevoir l’étranger

suivre le culte religieux

se marier

ne pas commettre de délation

ne pas tromper son conjoint

ne pas se plaindre

ne pas tricher

rester maître de soi

ne pas jouer de l’argent

ne pas faire d’heures supplémentaires

dénoncer le coupable d’un délit

prendre soin de ce qu’on nous prête

laisser sa place aux personnes âgées

faire ses devoirs

ne pas se moquer, ne pas insulter

ne pas se vanter

ne pas juger autrui

demander conseil aux plus âgés

Les classements sont liés à nos propres interprétations et peuvent donc être sujet à discussion

Questions (corrigé à la fin)

1) quelles sont les valeurs qui vous apparaissent comme étant complémentaires? (3 exemples)

2) quelles sont les valeurs qui vous apparaissent comme étant contradictoires? (3 exemples)

3) associez des valeurs et des normes qui correspondent.

 

       B. Les différents agents de socialisation

      Parmi les agents qui socialisent, on retrouve la famille, l’école, les groupes de pairs (les amis), les médias

 La famille ? On retient plusieurs sens du mot famille. Au sens large, pour les anthropologues notamment, l’institution familiale est fondée sur des règles de parenté. Au sens strict, la famille comprend un groupe formé par des liens de filiation ou d’alliance. 

La famille est une instance essentielle de la socialisation de l’enfant. Les nombreuses étude permettent de montrer qu’elle est l’agent essentiel qui guide l’enfant vers les différentes pratiques culturelles (voir les travaux de P. Bourdieu ou de B. Lahire). L’institution familiale permet d’expliquer en partie les différents parcours scolaires (voir la notion de capital culturel de P. Bourdieu ou de parcours de R. Boudon). La famille est encore une instance prégnante pour comprendre l’orientation politique future des enfants (voir les travaux de A. Percheron évoqués notamment dans le thème 4 de sciences sociales et politiques de terminale).

Les acteurs transmettent parfois des valeurs et normes opposées. Ainsi certaines valeurs transmises dans le cadre familial peuvent rentrer en conflit avec celle transmise à l’école.  Lorsque les valeurs et normes transmises par certains acteurs s’opposent aux autres acteurs cela peut amener des conflits

 

    C Les modes de socialisation sont différenciée

    La socialisation différentielle,  c’est le processus par lequel différents individus acquièrent des normes, des valeurs et ont des comportements différents. Nous allons tout d´abord analyser la socialisation différentielle selon les milieux sociaux différents puis nous nous pencherons sur cette fameuse socialisation de genre, en reprenant le concept de « genre » qui pose tant de problème à certains

    Les pratiques sociales sont différentes selon les milieux familiaux. Ainsi les jeux proposés par les parents, les niveaux de diplômes des parents (norme) influence la scolarité des enfants (complément en terminale : la possibilité de faire une mobilité sociale grâce à l’école quel que soit son milieu social est importante, car cela induit l’égalité sociale)

Un manque de perspective de réussite scolaire à cause du milieu d’origine, induit des frustrations

Un regard maintenant sur une autre forme de socialisation différentielle: la socialisation genrée

Complément : on emploie de plus en plus le concept de genre au lieu de sexe. Le sexe est l’élément biologique qui différencie Homme/Femme mais le genre est la construction sociale de l’identité sexuelle.

Les sociologues du genre étudie la construction de l’identité d’un garçon et d’une fille, les persistances d’inégalité sociale ou même économique (même niveau de diplôme, les rémunérations sont souvent plus faible pour les femmes que pour les homme

La socialisation différentielle fille/ garçon repose en partie sur des stéréotypes, c’est à dire une opinion partagée par un groupe d’individus et qui fait office de jugement. Michelle Obama, a dit: « il est tentant de s’accrocher à ses stéréotypes, on se sent ainsi rassuré dans sa propre ignorance. »

Ainsi, les multiples travaux des sociologues qui se sont penchés sur ce sujet ont montre que les rôles attendus des garçons et des filles sont différents.

le rôle c´est l´ensemble des comportements attendus d’un individu selon sa position sociale ou dit autrement, selon son statut dans le groupe auquel il appartient.

Cette socialisation genrée a deux conséquences lourde de sens dans la vie future des hommes et des femmes:

-une répartition sexuelle des tâches dans les ménages qui se fait au détriment des femmes.

– une poursuite d’étude et des métiers différenciés selon le sexe.

 

II. De la socialisation de l’enfant à la socialisation de l’adulte: continuité ou rupture?

    A. La socialisation primaire et secondaire

    Qu’est-ce que c’est ? Ces 2 concepts sont issus des travaux pionnierspr de P. Berger et T. Luckmann . Dans ‘La construction sociale de la réalité’ (1966) il précise que la socialisation primaire c’est pendant l’enfance et l’adolescence. C’est le moment où l’enfant absorbe les normes et les valeurs du monde qui l’entoure. C’est le temps de la construction de l’identité sociale.

Par la suite, dans le monde adulte le contact avec des institutions plus spécialisées (l’entreprise ou l’administration, les associations, les lieux de parents …) vont compléter, faire évoluer ou renforcer la socialisation primaire.

La socialisation secondaire c’est la socialisation à l’âge adulte. La socialisation secondaire est souvent une adaptation ou un renforcement de la socialisation primaire. Ainsi, l’enfant avait des aptitudes à l’école et pendant son parcours professionnel il va montrer également certaines aptitudes ou compétences.

Mais parfois, il peut y avoir des ruptures, des changements de parcours heureux ou malheureux.

Étude de cas: des enfants d’un milieu peu favorisé accèdent à Sciences Po

Ce document vidéo permet de comprendre que le nouveau mode de sélection des candidats à Science Po va permettre de modifier, transformer l’identité de certaines personnes

 Les modifications de la socialisation primaire, peuvent aussi s’expliquer par la volonté d’un individu de s’identifier à un groupe de référence….

   B. La socialisation anticipatrice et le groupe de référence

    La personne qui est identifiée à un groupe d’appartenance , groupe auquel appartient l’individu, va tenter de se référer à un autre groupe, un groupe de référence c’est à dire un groupe auquel l’individu se réfère pour  les normes, les valeurs, la personnalité .   Ce terme est issu des travaux du sociologue fonctionnaliste américain R.K Merton (1910/1994)

 

 

Corrigé de l´exercice:   quelques réponses possibles parmi beaucoup d´autres

1) courage et ténacité/ respect de l’ordre établi et hiérarchie/ respect d’autrui et tolérance

2) courage et oisiveté/ liberté et respect de l’ordre établi/ égalité et séniorité

3) austérité et ne pas jouer de l’argent/ civisme et payer ses impôts/ fidélité et ne pas tromper son conjoint

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *