La main visible de l’Etat

« Le monde riche est riche; ce sont ses Etats qui sont pauvres » T. Piketty in Le capital au XXI e siècle

 « L’ État providence est l’institution la plus efficace jamais créée au cours de la longue histoire de la coopération humaine » E. Laurent in Le bel avenir de l’État providence (2014)

 

Des jeux de révision

Mets toi à la place du ministre du budget et remplis la fiche.

Une question Raisonnement sur Dossier Documentaire : pourquoi l’Etat intervient pour redistribuer les revenus et assurer la protections sociale? (corrigé à la fin)

 

Pour aller plus loin sur …

… les fonctions de l’État  Le cours Melchior

Un texte à remplir sur la fonction d’allocation

Un exercice sur la fonction de répartition

La fonction de stabilisation. Un objectif: le carré magique ?

L’État : un acteur keynésien! La fameuse vidéo sur Keynes en 1, 2 et 3 parties

… le budget de l’État Le cours Melchior

Une synthèse en dessin grâce à dessine-moi l’éco

Les recettes fiscales de l’Etat et les dépenses et donc… le déficit et la dette publique, avec le compteur qui donne le tournis.

La dette publique avec dessine-moi l’éco

Des dettes publiques. Une vidéo pédagogique et critique

Visite le site de Thomas Piketty, qui critique le système actuelle d’imposition et te propose par des jeux de mieux comprendre le système fiscal. On peut repérer aussi les fichiers qui sont utilisés pour un simulateur, un modèle. C’est assez exceptionnel !

La réelle incidence fiscale! Un document Ecopublix

… des politiques conjoncturelles Le cours Melchior

La vidéo de la Banque Centrale pour comprendre la nécessité de la stabilité des prix.

 

Des lectures insolites

La richesse cachée des nations, G. Zucman, 2013 : des Bahamas au Luxembourg, la richesse au détriment de l’immense majorité

La blague du jour : Adam Smith et John Maynard Keynes sont dans un bateau. Keynes tombe à l’eau. Qui l’a poussé? La réponse.

 

Le corrigé de la question Raisonnement sur Dossier Documentaire

 L’État au sens large, c’est à dire le pouvoir central, les collectivités locales et la Sécurité Sociale, agit pour le bien être général. Il est donc souhaitable que la puissance publique intervienne pour réguler les marchés. Sans cela certains individus ne pourraient pas avoir une vie décente. La puissance publique peut alors mettre en place une politique de redistribution des revenus, c’est à dire modifier la répartition primaire des revenus grâce aux prélèvements qui concernent les impôts et les cotisations sociales pour assurer certaines prestations sociales. Cette protections sociale couvre l’ensemble des risques sociaux, la santé, la vieillesse, le chômage mais aussi la pauvreté et l’exclusion.

    On peut alors s’interroger sur les attentes de cette redistribution et le type de protections sociale souhaité par la puissance publique.

    Nous verrons ainsi dans une première partie que la Sécurité Sociale prend en charge la redistribution horizontale des revenus, mais que cela n’est pas suffisant. Ainsi dans la deuxième partie nous porterons notre regard sur la redistribution verticale qui profite aux plus nécessiteux.

I. La Sécurité Sociale prend en charge la redistribution horizontale des revenus.

   A. Des cotisations sociales qui permettent d’assurer contre les risques

        Une Sécurité Sociale qui couvre la santé, les accidents du travail et les maladies professionnelles ainsi que l’assurance vieillesse et allocations familiales. Face à la montée du chômage ces risques sont maintenant couverts par Pole Emploi.

   B. Le travail donne un statut qui garantie contre les risques

       Le travail n’est pas une marchandise mais une activité socialisée qui donne des droits

Mais l’intervention de l’État se justifie également par une redistribution verticale des revenus

II. L’État intervient pour combattre la pauvreté et l’exclusion

     A. Une économie normative fondée sur des valeurs sociales

         Une richesse qui doit profiter à tous pour moins d’inégalités. Mais aussi un combat contre l’exclusion pour plus de cohésion sociale.

     B. Une redistribution des richesses favorable à l’économie

     La redistribution permet aux moins favorisés de consommer et investir plus. Cela alimente le cercle vertueux keynésien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *