Comment fonctionne une entreprise?

Faut-il embaucher plus de salariés ou investir dans des machines? Qu’est-ce que la productivité d’un travailleur? La productivité est-ce bon pour l’emploi?

Autant de question que nous allons traiter dans ce thème

I. Des facteurs de production complémentaires ou substituables

Pour produire des biens  ou des services, une entreprise a besoin de ressources naturelles, par exemple le boulanger à besoin de farine, des oeufs, du lait, du beurre, … mais aussi souvent de machines, de locaux, mais le facteur essentiel c’est l’humain. Jetons un regard su le vocabulaire employé en économie.

A. Le facteur travail et capital

Le mot capital a beaucoup de sens en économie. Ici nous allons restreindre la notion au sens physique, c’est à dire l’ensemble des biens de production dont disposent l’entreprise. Cela comprend pèle mêle les machines, les logiciels, les bâtiments, les terrains, mais aussi les matières premières, l’énergie, …

On distingue le capital circulant ou la consommation intermédiaire c’est à dire les biens transformés ou détruits pendant le processus de production, et le capital fixe c’est à dire le capital qui dure.

Mais le facteur essentiel dans une entreprise c’est l’humain, le facteur travail.

Dans une entreprise le facteur travail correspond à l’ensemble des salariés, mais aussi à tout ceux qui travaillent pour l’entreprise sans avoir été embauché, par exemple les Intérimaires ou les prestataires de services.

 

B. complémentarité ou substituabilité des facteurs

Peut-on remplacer, substituer du travail par des machines? Voici une question qui est lourde de sens car cela équivaut à créer du chômage avec le progrès technique, nous y reviendrons plus tard. Pour l’instant il est nécessaire de distinguer « complémentarité » et « substituabilité »

 

La combinaison productive c’est la combinaison du facteur travail et du facteur capital qui permet d’obtenir une production.

 

Définition

Exemples

Facteur de production complémentaire

les facteurs de production sont complémentaires, autrement dit l’utilisation du facteur capital est en lien avec l’utilisation du facteur capital

le chauffeur et son camion

Facteur de production substituable

on peut remplacer le travail de l’homme par du capital technique*, on peut donc choisir le facteur optimum

* où inversement mais c’est moins la réalité

un Ouvrier Spécialisé (OS) remplacé par une machine à commande numérique.

Qu’elle est la meilleure combinaison productive?

Lorsque les facteurs de production sont complémentaires l’entreprise n’a pas vraiment le choix il faut combiner les deux facteurs comme par exemple l’ordinateur et l’informaticien. Mais lorsque les facteurs de production sont substituables alors là l’entreprise doit faire un choix.

On peut espérer qu’elle préfère l’homme à la machine mais comme tu le sais l’entreprise n’est pas un organisme philanthropique et si le coût du travail est plus élevé que la machine qui peut le remplacer et que de plus la machine est plus efficace alors le choix sera inévitable. Jetons alors une coup d’œil sur les coûts de production.

 

II. Les coûts de production

Comme le nom l’indique, les coûts de production c’est l’ensemble des dépenses engagées pour assurer la production. On retrouve principalement le coût du travail, le coût du capital

Concernant le coût du travail: au delà du salaire brut versé par l’employeur il y a les charges patronales comme les cotisations d’allocation maladie, d’assurance vieillesse … au total cela double pratiquement le coût du travail sauf pour les salaires plus bas. Ainsi le SMIC qui équivaut à 1050€ net par mois équivaut à un coût du travail de 1500 € mais un salaire de 2800€ représente en réalité 5000 € environ pour l’employeur

Concernant le coût du capital, il y a tout d’abord le coût de la machine, bâtiment ou terrain y compris le coût financier si l’entreprise a du emprunter de l’argent pour investir. D’autre part il faut entretenir ce capital c’est ce qu’on appelle l’amortissement.Plus précisément l’amortissement c’est l’argent nécessaire à l’entretien et au renouvellement du capital.

Si le coût du travail est élevé, les entreprises du pays auront intérêt à se doter de capital. L’intensité capitalistique sera élevé. Et inversement dans un pays peu développé

facteur travail

facteur capital

salaire brut

charge patronale

primes, intéressements… 13 ème mois …

coût de la machine

amortissement

Si le coût du travailleur est plus élevé que le coût d’une machine alors l’entrepreneur pourra substituer du capital au travail . Mais ce choix va dépendre également de la comparaison entre l’efficacité du travailleur et de la machine. En économie, on appelle cela la productivité

III. Productivité et progrès technique

A. La  productivité

On peut distinguer la productivité physique calculée en kilos de pommes de terre ou en nombre de voitures et la productivité calculée en valeur, en euros, ce qui est bien pratique pour faire les comparaisons.

On peut d’autre part distinguer la productivité par tête et la productivité horaire. La productivité par tête permet de calculer l’efficacité d’un travailleur. Au niveau d’une entreprise on peut alors reprendre l’ensemble de la richesse réalisée au niveau de l’entreprise et on divise par le nombre de travailleurs. La richesse créée par une entreprise c’est ce qu’on appelle la valeur ajoutée autrement dit le chiffre d’affaire moins la consommation intermédiaire

Productivité par tête = V.A  / nombre de travailleurs

La productivité horaire permet de connaître la richesse créée pendant une heure de travail.

Productivité horaire = V.A/ (nombre de travailleurs x durée moyenne du travail par                                                       travailleur)

B. Le progrès technique

Lorsque les travailleurs acquiert plus d’expérience alors ils peuvent être plus productive. De même lorsqu’on améliore une machine, on augmente souvent la productivité du capital.

Tout cela peut être assimilé à du progrès technique. Finalement le progrès technique c’est l’ensemble des innovations qui vont permettre de produire plus et mieux. Finalement au-delà du facteur travail et capital, on peut considérer qu’il s’agit d’un troisième facteur important pour produire. Dans notre monde moderne, l’innovation est même un facteur essentiel pour la croissance économique. Si cela t’intéresse, c’est le premier thème étudié en Terminale ES!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *